Rêves de Plume

14 mars 2017

GDC 2018 Préselection #4

Les mangues resteront vertes de Christophe Léon Talents hauts

ob_8b50ee_les-mangues-resteront-vertes

Oui... vous avez bien lu. J'ai eu de nouveaux un livre de C. Léon entre les mains, mais à mon corps défendant. Il fait partie de la présélection pour GDC 2018. Il atténue un peu ma Léontophobie (maladie dotn je rêverie de me débarrasser car j'aime beaucoup cet homme, ses idées et ses valeurs).

De quoi ça parle ? On sait peu que des enfants de la réunion ont été amené en France entre 1960 et 1983 et déclaré pupilles de la nation alors qu'ils avaient encore une famille. Déracinés, ils se sont retrouvés dans la Creuse ou d'autres départements ruraux, bien loin de leur univers familier. Autre langue, autres moeurs, autre climat. C'est ce qui est arrivé à Odélise, rebaptisée Odile pour faire plus " local",  qui est parachutée dans une famille de paysans de la Creuse. On suivra son parcours malheureux jusqu'à l'aube de sa majorité.

Comme toujours chez Léon, pas de porte de sortie joyeuse. On n'épargnera rien à Odélise, cette pauvre jeune fille déracinée et incomprise. Mais en même temps, c'est la triste réalité que nous décrit ici l'auteur et il faut bien que cela soit dit surtout dans le contexte polituqe actuel. 

 

Posté par revesdeplume à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 février 2017

La BD du mois : adaptation littéraire #Février

Bjorn le Morphir T1 : naissance d'un morphir  CASTERMAN

bjorncouv

bjorn1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette BD est l'adaptation d'un roman d'aventure de Thomas Lachavery  paru chez l'école des loisirs. Cela fait longtemps que je le vois régulièrement dans les listes de livres à lire, mais j'avoue que l'univers proposé par ce livre ne m'attirait pas. L'adaptation me paraissait être un bon compromis. 

Bjorn est le fils cadet d'une famille de vikings, dont le père et le frère aîné se distinguent par leur force et leur bravoure. Bjorn a bien du mal à soutenir la comparaison. Il est chétif et ne semble pas promis à une grande carrière de guerrier.

De quoi ça parle ?                 1065, royaume du Fizzland, terre vikings. 

L'hiver particulièrement redoutable oblige la famille à vivre cloîtrée dans la maison, repoussant comme ils le peuvent les assauts des démons de la neige. Bjorn est la proie d'intenses cauchemars qui semblent avoir des répercussions sur son caractère et son habilité à l'épée. Il sait désormais se battre et n'est plus aussi pleutre.  Alors que la famille est acculé par les démons, il va trouver une solution qui les mettra temporairement à l'abri du danger, laissant ainsi penser qu'il est un Morphir :un homme qui  se distingue par l'évolution soudaine de son caractère et de ses aptitudes physiques : d'abord peureux et malingre, il se « lève » un beau jour pour devenir un guerrier d'exception.

Un premier tome agréable qui donne envie de lire la suite. Le dessin de Thomas Gilbert peut paraître déroutant au premier abord, très proche de celui de SFAR, mais il a fini par me séduire. Ue BD  agréable à lire,  premier opus d'uen série qui offrira je pense son lot d'aventures, de créatures étrnages et de maledcitions.

Posté par revesdeplume à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2016

Pré-sélection GDC#3 Léontophobie...

Hoax

 

Hoax de Christophe Léon Oscar Jeunesse

      Ce livre ne signera pas ma réconciliation avec Christophe Léon. Tous les romans que j'ai pu avoir entre les mains jusque-là ont été une déception, et ce  malgré les pitch et les thèmes très forts.

Suis Léontophobe ? Non, je ne le pense pas.

Pourtant à chaque fois, le résumé me séduit, m'attire et je voudrais tellement les aimer, ces romans ! Celui-ci était pourtant bien parti pour me plaire. Léon s'attaquait ici à la rumeur ! Avec cet auteur sans concession, cela promettait de ne pas être mièvre.  Une élève qui veut se venger d'une reflexion faite en cours lance une rumeur sur une prof de lettres, Mamdame Munoz, enseigante très consciencieuse et aimée du corps enseignant comme des élèves. Comme celle-ci aide depuis quelques semaines une jeune réfugiée togolaise en lui donnant des leçons privées, l'élève rancunière prétend que sa prof et son élève entretiennent une liaison amoureuse. Cette rumeur non démentie dès le début, voire alimentée, va conduire la prof a une extrémité tragique.

La scène d'introduction est très forte, incroyablement marquante. Elle m'a fait froid dans le dos. J'étais donc impatiente de lire la suite, prête à dévorer le roman d'une traite. Puis rapidement Caroline Munoz nous mène dans une impasse. Pourquoi faire de ce personnage qql'un de si impliquée dans la vie associative et ne pas en tirer partie dans la narration ? Pourquoi faire d'elle une mère si peu concernée, une femme si peu aimante, une prof qui finit par croire au bien-fondé de la rumeur ? Il se dégage du coup quelque chose de malsain. J'avais presque l'impression d'être chez Laura Kaschike mais en version simplifiée.

Et pourquoi faut-il que les auteurs de jeunesse fassent toujours de leur héroïne des profs de Français ? Difficile pour les élèves de s'identifier. Il y a malgré tout de très bonnes pages sur l'utilisation des réseaux sociaux par les ados que j'utiliserais sûrement avec mes élèves en EMi.

Je ne sélectionnerais donc pas ce roman, doutant qu'il puisse accrocher les élèves et peinant à comprendre le message de l'auteur. Voulait-il au départ montrer les dangers d'une fausse rumeur ? Ou simplement la descente aux enfers d'une prof amoureuse d'une élève ?

Posté par revesdeplume à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2016

La BD du mois #Décembre

Pile ou face de Rebecca Mocke et Hope larson  rue de Sèvres 16,00

Résumé éditeur :

New York, années 1860. Lorsque le père adoptif de Cléopâtre et Alexandre disparait, les deux jumeaux rejoignent le gang du Crochet Noir, surveillé pour ses multiples larcins. Pris par la police, ils acceptent de trahir le gang, contre un ticket de train pour la Nouvelle Orléans, où ils espèrent commencer une nouvelle vie. Mais Alex est capturé et  embarqué de force comme main-d’oeuvre sur un cargo faisant route pour San Francisco. Cléo prend la route sur un steamer, pour tenter de rejoindre son frère. Mais les deux ados sont loin de suspecter les dangers qui les guettent : le gang a informé une bande de pirates, redoutés et impitoyables, que les jumeaux sont en possession d’objets constituant une carte au trésor.

     Je ne suis pas très contente de ce résumé éditeur que dans cette période post face j'ai la flemme de m'y coller. Cette BD que je pensais d'abord être un one shot ( c'est un pavé de 225 pages !) est le premier tome d'un récit d'aventure original. On suit un couple de jumeaux ( fille et garçon) qui pour échapper à un gang d'orphelins voleurs décident de gagner San Francisco pour monter une arnaque. Un riche industriel recherche ses deux fils jumeaux qu'il na pas vu depuis 5 ans. Comme eux, ils sont roux et ont 10 ans. Le hic : ce sont deux garçons ! Qu'à cela ne tienne Cléo se coupe les cheveux et le tour est jouer. Malheureusement, ils ne sont pas les seuls à avoir penser à cette arnaque. Jeremiah et Silas, eux aussi jumeaux rouquins se lancent dans la partie. Des concurrents, des pirates mal intentionnés, des voleurs qui veulent leur revanche... les jumeaux Dodge n'ont pas fini de courir... Après l'or, après l'avenir, après la mort ?

Un récit que j'ai apprécié même si le début m'avait laissée dubitative. Pas tellement pour moi en tant que lectrice adulte, mais plutôt pour mes ados lecteurs. Je ne suis pas sûre que cette BD rencontre un franc succès au CDi.

pile-face

 

Posté par revesdeplume à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2016

GDC Préselection #2

Préselection #2

entre nous etleciel

                  Entre le ciel et nous de Claire Gratias       Rageot  Collection In love

C'est le deuxième roman de la collection In Love que je lis. la dernière fois je m'étais attaquée à un roman que j'aime beaucoup, étudiée dans le cadre de mon cursus universitaire cela explique peut-être ma déception. ( Le vent te prendra de Camille Brissot réécriture des hauts de Hurlevent, qui est pour moi l'histoire d'amour la plus destructrice de la littérature anglaise) 

Cette fois, je ne connais pas du tout l'original. Ce roman est une réécriture de Manon Lescaut de L'abbé Prevost.

Manon L. une lycéenne de 15 as a disparu depuis presque un an. Les témoins se succèdent à la barre pour reconstituer les évènements de ces derniers mois. Meilleure amie, amoureux transie, mère acariâtre, personnel enseignant.... chacun se succède pour livrer son témoignage. Le lecteur devine un drame, mais lequel ? Où est Manon ?

J'ai bien aimé ce roman. Le principe des différents personnages qui parlent tour à tour, livrant leur vértié sans qu'une seule fois, on entende la principale intéressée, Manon, donne du rythme au livre. On reconstitue pas à pas son parcours.  Je ne connais pas le personnage original de Manon, mais je l'ai trouvé manipulatrice, particulièrement retorse et dangereuse. Bref,  pas du tout attachante.  Je n'ai pas trop cru à ses sentiments pour les divers hommes qui traversent sa vie, en particuliers Valentin, qu'au final elle utilise pour servir ses dessins personnels. Le personnage le plus touchant finalement c'est Valentin qui se sera brûlé les ailes par amour pour sa belle.

Je pense qu'il serait intéressant pour la sélection, même si je ne soupçonne d'être moins riche que l'original. On pourra justement les comparer. Personnellement cela m'a donné envie de lire l'original. J'ai bien aimé la post-face où l'auteur explique ses choix d'écriture. A ce sujet d'ailleurs, qu'est-ce que c'est que cette couverture ? Elle fait vraiment gnangnan ! L'auteur explique bien pourtant qu'elle veut faire un roman noir de ce récit ! Au premier regard....je suis prête à parier que les lycéens vont le mettre de coté, particulièrement les garçons. Il y a des chances que la couverture du folio classique soit pour une fois plus tentante !

Manon-Lescaut

 

Posté par revesdeplume à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 décembre 2016

Invisible de Charlotte Bousquet et Stéphanie Ribini  Gulf Stream

Dernier de la quadrilogie du duo Bousquet et Rubini. Cette fois, l'héroine c'est Marie, dans la même classe que Léa ( Mots rumeurs et Mots Cutter) que Leyla ( Rouge tagada) et Chloé et Soan ( Bulle et blues). Elle est la laissée-pour-compte de la classe. Celle qu'on oublie. Gentille et serviable. Une fille insipide au premier regard mais qui cache des trésors si on s'y attarde un peu. Marie aime la couture et la création de bijoux.  Et Soan aussi. Lui, qui a pris sa défense en sport et qui semble être le seul à la voir. Mais quand toute sa vie on a été invisible, cela va vite de passer de la lumière toute nouvelle à l'ombre abyssale.

Ce quatrième opus parle d'un thème tout aussi grave que les autres : le suicide. D'un abord moins profond et plus lisse, la conclusion finale nous rappelle que le suicide chez les adolescents est la deuxième cause de mortalité. Pas un coup de coeur, et après lecture, je ne suis pas sûre que je l'aurais mis en rayon si mes élèves n'étaient pas fan des trois autres.

invisible

Posté par revesdeplume à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2016

Coup d'envoi des présélections pour Gr'aisne de critique 2017-2018.

Il nous cette année bouclée la présélection le 25 Janvier. Il est donc largement temps de nous plonger dans les lectures pour avoir des titres à proposer. j'en avais déjà commencer 4, mais ils me sont tombés des mains ( prochain blillet). Voilà la première lecture qui me semble un temps soit peu interessante. Ce livre correspond aux critères de prix et de thèmes. Ici, on peut aborder le harcèlement, la dystopie et la dictature. 

 

GDC# 1 Mon heure viendra de Nina Vogt-Ostli Actes sud

Hans est le souffre-douleur d’Andreas depuis la primaire. Depuis qu’il est au lycée, il a un peu de répit, il arrive à se rendre « invisible ». Mais depuis quelque temps Hans semble de nouveau s’intéresser à lui. Il lui fait des menaces à peine voilées. Et comme cela ne suffit pas s’est entichée de son prof principa ! La seule chose qui éclaire ses journées c’est une correspondance bien étrange : Fera une fille qui prétend venir du futur, lui écrit depuis quelques semaines. Hans ne la croit qu’à moitié quand elle parle de la vie dans le futur et de la façon dont la civilisation essaie de se reconstruire suite au règne d’un dictateur. Un homme qui était adolescent justement à son époque à lui. Alors mensonge ou réalité ?

Un livre qui contient des imperfections (il faut accepter le fait que les messages du futur sont possibles, l’intrigue avec le père de Hans n’est pas très intéressante à mon sens, le coup d’Andreas et du chaton n’est pas très bien exploité et on devine le « truc » dès la première mention du dictateur ) mais je ressors plutôt positive de cette lecture. Le mécanisme du harcèlement est bien rendu, je trouve, j’aime l’idée que ce garçon est un danger potentiel. La société future même si elle est brièvement décrite est aussi intéressante, elle permet de se poser des questions sur la famille, puisque chez eux les après ne voient pas les enfants (comme dans Uglies) mais ils sont confiés à des CR , des assistants maternels, choisis justement pour leurs compétences avec les enfants. On retrouve ainsi pas mal de thèmes présents dans les dystopies : l’amour n’existe pas ( Délirium), les couples se forment selon leurs aptitudes et leur intellect ( Promise ) chacun est destiné à faire le travail dans lequel il excellera le mieux ( Les feux d’Amaranth, le destin de Linus Hoppe ). Ça ne fait pas saupoudrage et cela pourrait être intéressant avec les élèves.

mon heuremonheure2

 

Posté par revesdeplume à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2016

Le manga du mois ! #Décembre

My héros académia T3 à 5

Une série toujours aussi plaisante à lire. Le scénario ne se laisse pas embarquer dans des tournois et des combats sans fin. Chaque tome développe une intrigue qui lui est propre. On découvre la psychologie des personnages secondaires, ainsi que leur motivation. j'aime beaucoup les valeur qui sont véhiculées dans ce manga.  J'ai hâte de lire le tome 6. Une série addictive.

my hero

 

 

piik Le livre de Piik  T2 de Cazenove et Cécile    BAMBOO 

    C'est avec joie que j'ai retrouvé le petit Piik, ce garnement médiéval, qui dans le tome précédent, empêchait avec beaucoup d'ingéniosité son père de faire son travail de bourreau. Depuis le décès de sa mère, il vit seul avec son papa, dont il est destiné à reprendre la charge. Mais lui, tuer des gens pour le seigneur il n'en a pas du tout envie. Son truc c'est les plantes, comme sa maman.

dans ce second volet, le voilà parti à la ville pour trouver quelqu'un qui va lui apprendre à lire pour ainsi déchiffer la lettre que lui a laissé sa mère avant de mourir. Le voilà donc qui échoue à Chinon en compganie d'Olaf son renard. 

      Le premier tome avait été un vrai coup de coeur. J'ai un peu moins été convaincue par ce tome-ci même si on retrouve le même humour ! ça n'enlève rien au fait que Piik est un héros très attachant et que cette BD dépoussière un peu le Moyen âge. A suivre....

Posté par revesdeplume à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2016

bookstuff25

Posté par revesdeplume à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2016

bookstuff25

Posté par revesdeplume à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]