Rêves de Plume

21 avril 2017

Au secours ! les profs sont devenus des zombies de Johan Heliot   Scrinéo

Collection : roman d'horreur

En cette veille de vacances de Pâques, les élèves du collège George Franju, se rendent vite compte que quelque chose ne tourne pas rond avec leurs profs : ils tiennent des propos incohérents ( plus que d'habitude) , ils deviennent pâles ( plus que d'habitude à la veille des vacances) , se mettent à baver  (plus que d'habitude aussi ) et se se jettent tous ongles et dents dehors sur leurs élèves (mais pas métaphoriquement. )
  En quelques heures, c'est la panique et les rares élèves qui ont échappé à la folie meurtrière du corps enseignant, tentent de survivre jusqu'à l'arrivée des secours.

Dans le genre littérature Zombie j'avais adoré Zombie panic, et trouvé plaisant la lecture de Zombie Ball, c'est donc avec plaisir que j'ai  fait l'acquisition de cet opus de Johan Héliot. Il a choisi de placer son action dans un lieu qui parlera à tous nos ados : le collège ! On y retrouve tous les acteurs ( et tous les clichés!)  : la jolie intello tête de classe, le redoublant baraqué et frimeur, le surveillant cool et les deux copains inséparables pas kamikazes mais pas pleutres non plus. idem chez les profs : le prof de sport beau gosse fait des tours de piste en short, la prof doc fait des photocopies ( ???) et le prof des maths veut sa dose de caféine journalière.
Est-ce un vieux fantasme qui lui reste de ses années de professorat de laisser un gâteau zombificateur en salle des profs pour fêter son départ à la retraite ? Peut-être cela incitera les jeunes lecteurs à ne pas trop contrarier leurs enseignants car on en sait jamais comment ils pourraient se venger.

Rien de bien original, mais ça devrait plaie aux ados !

heliot

Posté par revesdeplume à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 avril 2017

Haters back off !

#famous de Gyll Gagnon

Quelle personnalité médiatique ou quel politique ne s'est pas mordu les doigts suite à un tweet malheureux ? C'est les dangers de la spontanéité malheureuse que veut montrer ce roman. Même si le sujet est traité de façon légère à la love story, il permet je pense de faire réfléchir les jeunes sur leur utilisation des réseaux sociaux,  qui veut faire et défaire des gens en un clic. J'ai bien aimé cette lecture.

   Rachel est discrète et cherche avant tout à passer incognito au collège. Sa meilleure amie, sa passion pour l'écriture et le théâtre suffise amplement pour survivre aux années lycées et à l'indifférence des autres. Elle n'aspire pas à être dans la lumière. 

    Et puis voilà que prise d'une subite jolie insouciance, elle prend en photo le beau gosse pour qui elle en pince alors qu'il bosse au fast food de la galerie marchande et le tweet sans réfléchir à sa meilleure amie avec un commentaire explicite. Tweet qui est retweeté de façon viral propulsant le beau gosse au rang de star de l'internet.

    Rachel, elle, ce n'est pas la gloire et la célébrité qu'elle récoltera mais la haine de twittos puis de son entourage au lycée : elle n'est pas assez bien pour ce type ! Comment a-t-elle osé avoir des vues sur lui ? Tout le monde s'autorise un petit commentaire, on ressort des vieilles photos, on la traien dans la boue. Elle va vivre une enfer alors que Kyle lui va même être invité dans un célbre show TV. Mais le garçon, au début grisé par cette gloire soudaine, va vite en découvrir les limites. L'animatrice TV souhaite en effet bâtir un coup télévisuel autour de ce couple improbable.

famous 1famous 2

 

Posté par revesdeplume à 14:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Un album qui déchire !

Mon ami zombie de Vincent Malone

Le meilleur ami de notre petit héros est pour le moins original : c'est un zombie ! Il est aller le chercher dans la forêt et en bon ami lui donner à manger : vaches, moutons, poules... autant de futurs zombies qui peupleront les alentours de la maison du petit garçon. une fois à la maison, on craint le pire : l'ami zombie va-t-il dévorer enfant et famille. L'auteur fort astucieusement coupe son récit par uen série d'annotations et de recommandations sur le fait de vivre avec un zombie. Le final est très tendre et on est rassuré, car il faut l'avouer avec ce zombie on ne savait pas sur quel pied danser. Ce joli album saurait-il trouver son public ?

zombie2zombie1

Posté par revesdeplume à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2017

Les BD Mythologiques

Je suis toujours à la recherche de BD sur le thème de la mythologie qui soit accessible à des élèves de 6èulysseme. J'avais dans mes bacs la BD de Stéphane Ferran qui fait toujours un tabac en dépit d'un graphisme assez psychédélique, auquel j'ai du mal à adhérer personnellement.

  Depuis septembre,  une collection est sortie chez Glénat, sous l'égide de Luc Ferry  : la sagesse des mythes. J'en ai acheté plusieurs pour le CDI et j'en ai lu qlles unes. Mon avis est mitigé.

persee_coverthesee

     J'ai bien aimé Persée et la gorgone méduse, mais je ne suis pas fan de celle sur Thésée et le minotaure. On couvre toute la vie de Thésée, finalement l'épisode du minotaure ne fait que deux pages. De ce fait sur les 42 pages de l'album, il y a des raccourcis dans la vie du monarque, que les non initiés aux mythes ne peuvent pas comprendre. Notamment la fin avec Hyppolyte et Phèdre. Cette histoire mériterait à elle seule une BD.

Donc dans l'ensemble j'apprecie la qualité du scénario, le dossier documentaire que l'on retrouve à la fin, mais je ne suis pas fan fan des illustrations que je trouve assez lisses et qui peinent à donner chair aux personnages. Dernier bémol, mais ça c'est en tant que prof-doc : les BD sont assez " sanglantes" et onvoit pas mal de paires de sein/ fesses,  ce qui est un peu gênant pour les mettre à disposition de mon public cible : les sixièmes.

images

Posté par revesdeplume à 12:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le manga du mois #Mars

Blue ride spring de sakisaka Io chez Kana

blue ride

13 tomes / 5 lus

Un shojo pour changer ! La jeune Futaba s'est transformée à son entrée au lycée. Douce et féminine au collège, elle est devenue plus énergique et garçon manqué dans l'espoir de ne pas attiré les moqueries des filles jalouses qui enviaient son succès auprès des garçons. Elle espère aussi noyer son premier chagrin d'amour survenu à 11 ans. Mais l'arrivée d'un garçon qui ressemble à se méprendre à son ancien amour fait voler sa carapace en éclats. Elle va peu à peu redevenir la Futaba d'autrefois.

Un shojo très sympathique avec des personnages vraiment sympathiques et attachants. j'ai complètement craqué pour la petite Futaba et pour le mystérieux Tanaka. On retrouve tous les codes de ce genre d'histoire ( le "je t'aime moi non plus", le garçon torturé, les amis un peu décalés...) mais la tendresse et la justesse font passer un très bon moment de lecture. je n'ai acheté que 5 tomes au CDI.... me voilà bien embêtée car j'ai bien envie de lire la suite ! Après est-ce que cela va tenir la longueur sur 13 tomes ?

Posté par revesdeplume à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Magisterium de Cassandra Clarke et Holly Black

L'une est l'auteur de la saga Mortal instruments et l'autre celle des chroniques de Spiderwick. Elles nous proposent une nouvelle saga dont l'intrigue se passe dans une école de magie. On sent les efforts fait pour se démarquer de leur illustre collègue J.K. Rowling, la grande prêtresse du monde de la sorcellerie en littérature de jeunesse. Ici pas de baguette magique mais une magie proche de la nature et des quatre éléments. L'école est une grotte labyrinthique sous terre et l'enseignement est hardi. Comme son homologue Harry, Callum a perdu un parents lors d'une bataille contre un affreux mage qui a basculé du coté obscur de la force. Lui aussi vit dans l'ingnorance de ses capacités car son père refuse d'avoir recours à la magie et vit terrer dans un petit village américain. Comme Harry encore, il a des stigmates de ce combat : une jambe estropiée qui fait de lui la risée de ses camarades. Mais Callum a cette part de noirceur que n'a pas Harry. Lui est bien décidé à  au test et ne veut pas entrer dans cette école de magie qui selon sont père est un endroit de perdition, responsable de la mort de sa mère. Pourtant, il sera convoqué pour passer l'épreuve, qui testera ses aptitudes comme celle de nombreux autres candidats. Contre toutes attentes il est choisi comme apprenti par le plus grand mage de l'école. Comment alors une remise en cause de tout ce à quoi il croyait : la parole de son père, son identité, l'histoire de sa vie. Qui est vraiment Callum Hunt ? 

 

magis    magisyterium  irontrialcover1

 

 

La saga compte trois tomes.  L'editeur français pour la couverture a repris la troisème, où le méchant Constantin, fait clairement penser à un mange-mort, non ?

Posté par revesdeplume à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2017

La BD du mois #Mars

Les aventures ahurissantes de Benjamin Blackstone, T1 Lîle de la jungle 

black

     Benjamin Blacktstone, ado orphelin est recueilli dans une grande demeure victorienne par sa tante jetsetteuse. Il fait la connaissance de son de Lord qui hante la bibliothèque de la maison qui lui a autrefois appartenue. c'est la seule pièce de la maison où il peut échapper à d'étranges oiseaux qui  veulent le dévirer. Pour se divertir il plonge littéralement dans les récits des livres qui remplissent ses rayonnages. Il emmène Benjamin avec lui dans l'univers de Kipling.

    Je cherchais une série pour mes collégiens qui rappelle l'univers de Jules Verne ce titre m'avait tapé dans l’œil. La lecture des premières planches m'a séduite, j'ai trouvé l'histoire originale et le dessin de qualité. Il y a même  plein de jolies trouvailles. Puis, au bout de quelques planches, tout devient confus. On en comprend pas bien l'enjeu de l'histoire, les bons incessants dans les livres rendent l'histoire confuse ! C'est trop rapide et il faut quand même bien connaître les ouvres d'origines pour saisir le contexte. Dommage.

Posté par revesdeplume à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2017

GDC 2018 Préselection #4

Les mangues resteront vertes de Christophe Léon Talents hauts

ob_8b50ee_les-mangues-resteront-vertes

Oui... vous avez bien lu. J'ai eu de nouveaux un livre de C. Léon entre les mains, mais à mon corps défendant. Il fait partie de la présélection pour GDC 2018. Il atténue un peu ma Léontophobie (maladie dotn je rêverie de me débarrasser car j'aime beaucoup cet homme, ses idées et ses valeurs).

De quoi ça parle ? On sait peu que des enfants de la réunion ont été amené en France entre 1960 et 1983 et déclaré pupilles de la nation alors qu'ils avaient encore une famille. Déracinés, ils se sont retrouvés dans la Creuse ou d'autres départements ruraux, bien loin de leur univers familier. Autre langue, autres moeurs, autre climat. C'est ce qui est arrivé à Odélise, rebaptisée Odile pour faire plus " local",  qui est parachutée dans une famille de paysans de la Creuse. On suivra son parcours malheureux jusqu'à l'aube de sa majorité.

Comme toujours chez Léon, pas de porte de sortie joyeuse. On n'épargnera rien à Odélise, cette pauvre jeune fille déracinée et incomprise. Mais en même temps, c'est la triste réalité que nous décrit ici l'auteur et il faut bien que cela soit dit surtout dans le contexte polituqe actuel. 

 

Posté par revesdeplume à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2017

La BD du mois : adaptation littéraire #Février

Bjorn le Morphir T1 : naissance d'un morphir  CASTERMAN

bjorncouv

bjorn1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette BD est l'adaptation d'un roman d'aventure de Thomas Lachavery  paru chez l'école des loisirs. Cela fait longtemps que je le vois régulièrement dans les listes de livres à lire, mais j'avoue que l'univers proposé par ce livre ne m'attirait pas. L'adaptation me paraissait être un bon compromis. 

Bjorn est le fils cadet d'une famille de vikings, dont le père et le frère aîné se distinguent par leur force et leur bravoure. Bjorn a bien du mal à soutenir la comparaison. Il est chétif et ne semble pas promis à une grande carrière de guerrier.

De quoi ça parle ?                 1065, royaume du Fizzland, terre vikings. 

L'hiver particulièrement redoutable oblige la famille à vivre cloîtrée dans la maison, repoussant comme ils le peuvent les assauts des démons de la neige. Bjorn est la proie d'intenses cauchemars qui semblent avoir des répercussions sur son caractère et son habilité à l'épée. Il sait désormais se battre et n'est plus aussi pleutre.  Alors que la famille est acculé par les démons, il va trouver une solution qui les mettra temporairement à l'abri du danger, laissant ainsi penser qu'il est un Morphir :un homme qui  se distingue par l'évolution soudaine de son caractère et de ses aptitudes physiques : d'abord peureux et malingre, il se « lève » un beau jour pour devenir un guerrier d'exception.

Un premier tome agréable qui donne envie de lire la suite. Le dessin de Thomas Gilbert peut paraître déroutant au premier abord, très proche de celui de SFAR, mais il a fini par me séduire. Ue BD  agréable à lire,  premier opus d'uen série qui offrira je pense son lot d'aventures, de créatures étrnages et de maledcitions.

Posté par revesdeplume à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2016

Pré-sélection GDC#3 Léontophobie...

Hoax

 

Hoax de Christophe Léon Oscar Jeunesse

      Ce livre ne signera pas ma réconciliation avec Christophe Léon. Tous les romans que j'ai pu avoir entre les mains jusque-là ont été une déception, et ce  malgré les pitch et les thèmes très forts.

Suis Léontophobe ? Non, je ne le pense pas.

Pourtant à chaque fois, le résumé me séduit, m'attire et je voudrais tellement les aimer, ces romans ! Celui-ci était pourtant bien parti pour me plaire. Léon s'attaquait ici à la rumeur ! Avec cet auteur sans concession, cela promettait de ne pas être mièvre.  Une élève qui veut se venger d'une reflexion faite en cours lance une rumeur sur une prof de lettres, Mamdame Munoz, enseigante très consciencieuse et aimée du corps enseignant comme des élèves. Comme celle-ci aide depuis quelques semaines une jeune réfugiée togolaise en lui donnant des leçons privées, l'élève rancunière prétend que sa prof et son élève entretiennent une liaison amoureuse. Cette rumeur non démentie dès le début, voire alimentée, va conduire la prof a une extrémité tragique.

La scène d'introduction est très forte, incroyablement marquante. Elle m'a fait froid dans le dos. J'étais donc impatiente de lire la suite, prête à dévorer le roman d'une traite. Puis rapidement Caroline Munoz nous mène dans une impasse. Pourquoi faire de ce personnage qql'un de si impliquée dans la vie associative et ne pas en tirer partie dans la narration ? Pourquoi faire d'elle une mère si peu concernée, une femme si peu aimante, une prof qui finit par croire au bien-fondé de la rumeur ? Il se dégage du coup quelque chose de malsain. J'avais presque l'impression d'être chez Laura Kaschike mais en version simplifiée.

Et pourquoi faut-il que les auteurs de jeunesse fassent toujours de leur héroïne des profs de Français ? Difficile pour les élèves de s'identifier. Il y a malgré tout de très bonnes pages sur l'utilisation des réseaux sociaux par les ados que j'utiliserais sûrement avec mes élèves en EMi.

Je ne sélectionnerais donc pas ce roman, doutant qu'il puisse accrocher les élèves et peinant à comprendre le message de l'auteur. Voulait-il au départ montrer les dangers d'une fausse rumeur ? Ou simplement la descente aux enfers d'une prof amoureuse d'une élève ?

Posté par revesdeplume à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]