amour-mortelAmour Mortel de Gilles Aubier Actes Sud

Lucie Trévisse semble victime d'une malédiction. À chaque fois que cette jeune fille de 18 ans s'amourache d'un garçon, il meurt dans de façon brutale : le premier se fait écrabouiller un lustre juste avant le dessert lors de la première soirée au restaurant, une semaine après ( et oui la jeune fille est un cœur d'artichaut qui passe vite à autre chose), le nouveau prétendant se fait faucher par une camionnette... Ainsi de suite. Elle décide donc de quitter la région bordelaise sur un coup de tête pour se réfugier chez sa grand-mère qui lui confirme que son arrière-grand-mère a bien jeté une malédiction sur la famille à cause d'un terrible secret de famille impliquant une jeune oie blanche et deux frères amoureux. Bilan de cette affaire : le plus jeune est mort et la jeune amoureuse incollable a prédit un grand malheur aux descendantes du survivant. Lucie, donc. Hors il semblerait que quelqu'un œuvre en secret pour que cette malédiction de réalise.

Ce roman est loin d'être un coup de cœur. Un thriller pour ado, cela fait un moment que j'en cherche. Celui-ci semblait plein de promesses : on flirte avec le fantastique, il y a des morts, une hérioine condamnée à ne jamais connaitre l'amour.  On n'est hélas plus du coté de la saga estivale sur une chaine de la TNT que dans le thriller machiavélique.

Ce n'est pas le rythme ni l'écriture qui ne mon pas séduit. Au contraire. Mais le personnage principal. L'héroïne est un cœur d'artichaut, ce qui nuit je trouve à la crédibilité de l'affaire. Elle se console, je trouve assez vite dans des bras différents. Pas moins de 4 amoureux en l'espace du récit, récit qui doit se dérouler sur deux mois à tout casser. Elle est dépeinte comme une fille " timide et réservée ..." Mouais... Ce n'est pas vraiment ma définition de réserver, mais bon. Et le gros truc qui me gêne, c'est la scène de " cassage de PD". Comment peut-on planifier un meurtre en encourageant ce genre de pratique ??? Surtout pour un public ado ? Même s'il y a un pseudo phrase de justification genre " espérons que la mort de X servira à alerter l'opinion publique sur ce problème". Ben, c'est-à-dire que l'héroïne a quand même commandité un meurtre à caractère homophobe. Moins je ne trouve pas ça trait moral. Est-ce un choix pour montrer qu'elle ne vaut pas mieux que le meurtrier ? Que son ancêtre dont on découvre le crime dans l'épilogue ?

Ne parlons pas de la fin de la scène du cimetière qui m'a laissé un peu pantoise ( le jumeau maléfique, sans dec'?????).

En allant voir babelio, je vois que les avis sont partagés et que d'autres que moi ont été gêné par l'épisode de tabassage et la psychologie des personnages. Il ya aussi des critiques élogieuses. A lire donc pour se faire un avis.