Le marathon lecture de Mars se poursuit : GDC#6   : Belle gueule de bois de Pierre Deschavannes

Un court roman autobiographique qui m'a beaucoup touché. Beaucoup d'amour dans ce livre. Voilà le livre qui remue les tripes. 

" Il est assis devant moi, fume s cigarette, le regard dans le vide. Un visage ravagé par la vie et l'alcool, c'est un déchet mon père, et pourtant je le trouve beau, je le trouve incroyablement beau. Mon père se lève toujours quelques minutes après moi, juste pour me tenir compagnie avant que je en parte pour l'enfer. Il sait à quel poit c'est dur pour moi de partir à l'école et il compatit. deux choses m'empêche de crever le amtin : la compagnie de mon père et ce rêve qu'un jour je serai vagabond" "

Belle-gueule

             Pierre vit seul avec son père dans une maison isolée dans la montagne. Son père est loin d'être un père idéal. Il boit, sa femme et ses filles sont parties. Il ne reste plus que Pierre et les cadavres de bouteilles. Cent fois, il a dit qu'il arrêterait, cent fois, il a recommencé. Pourtant Pierre l'aime, ce père un peu cabossé, et il ne peut vivre sans lui. Il est son poison, autant que l'alcool qui coule dans les veines de son père. Et cet amour est réciproque. On sent les efforts que son père fait, on sent l'amour qu'il porte à son fils, et on perçoit aussi toute sa détresse. Ces deux hommes, tant celui perdu et brisé, que l'autre en devenir,  sont touchants, troublants. Une belle lecture.

" Plus que son affection, c’est sa présence physique qui me manquait. Je crois qu’une mère se porte dans le cœur et un père dans les tripes."

Un vrai coup de coeur, ce roman. Pas facile, de livrer un récit aussi intime, autobiographique. Une lecture que j'aiemrais faire découvrir à mes élèves.

Le blog de l'auteur : https://espacepierrot.wordpress.com/